Sarkozy, comme un air de George Marchais

Publié le par Dc Evo

Ses approximations, ses « Moi je pense », ses amalgames (sur la finance, les sans papiers), ses « On », ses phrases mal tournees et reprises 100 fois, ses « mais qu’est ce que vous voulez que je fasse, moi ? ».

Ce n’etait pas un president mais le pilier du bar du commerce, qui a de plus multiplie les envolees populistes sur tous les sujets que les francais ne comprennent pas (la finance, le Tibet, la speculation).


Tout cela avait un tel relent de Georges Marchais... pourquoi Le Luron n'est-il plus la ????

Commenter cet article