Le jugement Erika : Un jugement politique et contraint

Publié le par Dc Evo

On ne saurait trop abonder (pour une fois) dans le sens de Voynet que je cite :

"C'est la conséquence de la mobilisation de dizaines de milliers de personnes le long du littoral pour reconnaître cette douleur faite au littoral et à l'environnement", a affirmé la sénatrice Verts.

Voila, tout est dit.

Ce jugement est la conséquence d’une pression populaire, qui a une colère juste, mais mal dirigée : il faudrait seulement viser RINA, et la législation qui n’impose pas une assurance suffisante sur les dommages que peuvent produire un bateau et sa cargaison. Si chaque navire était assure a hauteur de 2 milliards, les assureurs vérifieraient eux même les coques, et il n’y aurait plus de naufrage.

Une palme également pour Voynet, absente durant la catastrophe, responsable d’un gouvernement qui a diminue les moyens de réponse aux naufrages, et qui revient en donneuse de leçon !

La réalité est que Total a loué pour une courte période un bateau récent (25 ans c’est vieux pour une voiture mais récent pour une coque de navire, qui dure généralement 50 ans, en gros c’est l’équivalent de 7-8 ans pour une voiture), et a qui on reproche tout simplement de n’avoir pas vu en un coup d’œil ce que  la société Rina, qui a eu deux semaines pour examiner la coque en cale sèche n’a pas vu ou pas voulu voir, et ce très peu de temps avant.

Pour reprendre l’analogie automobile, vous avez besoin de faire un déménagement, on vous propose une camionnette de 7 ans qui sort du contrôle technique, manque de chance c’était un contrôle de complaisance/mal fait, les freins lâchent, vous écrasez un passant.

Qui est responsable ?

Vous ? Vous avez rapidement fait le tour de la camionnette et tout était en ordre.

Le loueur ? Ce n’est pas un mécano.

Non c’est simple, c’est seulement celui qui a délivre le contrôle technique et, si contrôle de complaisance il y a eu, que ce soit avec ou sans corruption, le propriétaire.

 

C’est exactement cela qui s’est passe.

Plus d’info ? Lisez ces deux post très documentes… et qui brisent quelques idées reçues, notamment que Total n’a pas pris un bateau bon marché mais a payé la location très cher car son besoin était urgent.

La petite et la grande histoire de l'ERIKA

Commenter cet article