Le changement climatique : Y a-t-il consensus ?

Publié le par Dc Evo

Le changement climatique : Y a-t-il consensus ?

 

Demain : Les températures actuelles sont-elles exceptionnelles a l’échelle millénaire ?

 

Avant propos sur la réalité du changement climatique : La terre s’est réchauffée sur les 20 dernières années de 0.6 degrés Celsius. Cependant, contrairement à ce que prédisent tous les modèles attribuant ce réchauffement au CO2, les températures en haute atmosphère (troposphère, mesure par satellite) n’ont pas changé.

Avant ces 20 dernières années, la température avait baisse significativement.

 

Non. Le scientifique considère jusqu'à ce qu’il devienne dissident comme le meilleur spécialiste, Richard Lindzen, professeur au MIT.

De fait, ce scientifique de grand renom ne critique pas le GIEC (IPCC en anglais) et son rapport, seulement les résumés qui en sont tires : Ils tiennent de l’arbitrage politique et non du résumé scientifique, en omettant de mentionner la somme des incertitudes des études actuelles.

Je le cite : "there is no consensus, unanimous or otherwise, about long-term climate trends and what causes them" and "I cannot stress this enough -- we are not in a position to confidently attribute past climate change to carbon dioxide or to forecast what the climate will be in the future. That is to say, contrary to media impressions, agreement with the three basic statements tells us almost nothing relevant to policy discussions."

« Il n’y a aucun consensus, unanime ou pas sur la tendance long-terme du climat et ce qui la cause » et « je ne peux pas souligner suffisamment que nous ne sommes pas dans une situation d’attribuer avec confiance les changements passes au CO2 ou de prévoir le climat futur. Cela veut dire que, contrairement a ce que les medias laissent a penser, être d’accord avec les trois assertions principales [du rapport du GIEC] ne dis rien d’utile sur de déterminations des politiques »

 

Beaucoup de « défendeurs de l’environnement » indiquent que des firmes comme Exxon financent les recherches des sceptiques, sous-entendant ainsi que ces sceptiques manquent d’objectivité. Pour le moment ce financement est très limite et ils ne sont jamais les principaux financiers.

Et pourquoi supposer qu’un scientifique va manquer d’objectivité s’il est paye par une firme privée alors que la quasi-totalité des scientifiques sont payés par des états et que l’on sait la pression politique qu’ils subissent.

Claude Allègre n’a-t-il pas été traite d’obscurantiste et de négationniste (alors que, mis a part un passage raté au ministère de l’éducation, c’est d’un des scientifiques français les plus primé a l’étranger).

Un thésard ou un scientifique peu confirmé serait certain de perdre ses financements si il avait les mêmes thèses, et par ailleurs, la communauté des climatologues a tout intérêt à dire qu’il y a un problème : pas de problème, pas de financement.

 

Certains scientifiques, généralement pas des climatologues, mais des géologues ne pensent pas que le réchauffement soit cause principalement pas les humains. Le rayonnement cosmique est une hypothèse très sérieuse. Voir cette étude de l’Armagh Observatory (observatoire national irlandais) :

The influence of cosmic rays on terrestrial clouds and global warming

J’ai étudie cet article : contrairement a l’étude sur laquelle s’appuie principalement le GIEC (le célèbre hockey stick), la courbe n’est pas truquée, les données sont disponibles et vérifiables.

La somme des corrélations accumulée est très importante et a mon avis ne peut être imputée au hasard.

Cette étude tends à démontrer que seule une partie infime du réchauffement observé est d’origine humaine.

 

Commenter cet article