Le complot climatique et le bug de Y2K

Publié le par Dc Evo

Bonjour tout le monde,

 

Je ne suis pas le seul sceptique sur le climat, a vrai dire, beaucoup de scientifiques le sont. Le seul problème est qu’on ne les entend pas : Ce ne sont pas des « spécialistes » ou ils se font traiter de vendus.

Commençons donc pas les « spécialistes ». En fait des spécialistes de la prévision climatiques a long terme, ca n’existe pas, cette spécialité vient juste d’être inventée, presque tous étaient d’origine des climatologues, d’autres des statisticiens, d’autres des biologistes etc.

Le problème est qu’un climatologue est un expert dans les prévisions entre 1 jour et 6 mois, cad une échelle complètement différente de ce qui nous intéresse, et a vrai dire ces deux sciences sont distinctes. Les autres ne sont généralement pas plus compétents.

 

Donc sachant qu’ils se sont autoproclames spécialistes (ils ont réorientes leurs recherches), pourquoi sont-ils devenus spécialistes ? Simplement pour les crédits. De nos jours, si on peut montrer un rapport avec le réchauffement climatique, en particulier qui va dans le sens que les politiques apprécient, il devient facile d’obtenir des crédits…

 

Comment obtient-on des crédits pour étudier la faune sous-marine en antarctique ? En disant qu’elle va disparaitre a cause du réchauffement climatique et que c’est une urgence.

Comment obtient-on des crédits pour étudier les glaciers du Kilimandjaro ? EN disant qu’on veut en étudier la disparition due au réchauffement climatique (alors que ses glaciers ont perdu 35% de leur masse durant la première moitie du 20eme siècle, qui était plus froid que le 19eme).

Comment obtient-on des crédits pour étudier les phoques ou les ours blancs au Groenland ? En disant qu’on veut étudier leur adaptation/disparition du fait du réchauffement climatique.

 

Evidemment, il faut obtenir le renouvellement des crédits. Et ce n’est pas en disant que tout va bien. Ainsi si sur 5 populations de phoques une décline et 4 autres s’envole, on fera un petit papier dans une petite revue sur le déclin des phoques du au réchauffement climatique.

 

Si on a vraiment pas de quoi écrire un papier, on le fait quand même, comme cette équipe étudiant les glaciers du Mont Blanc. Le glacier gagne 2m en 2004, est stable en 2005 et perds 2m en 2006… ouf, on a enfin quelque chose à annoncer : un glacier du Mont Blanc a perdu 2 m a cause du réchauffement climatique… et 10 jours après, un superbe sujet sur France 2 « le Mont Blanc restera-t-il blanc ».

 

Enfin, vous voyez le topo… c’est ainsi que tous les observateurs sont achetés : Ils veulent étudier ceci ou cela ? Pas dur, il suffit d’abonder dans le sens du catastrophisme ambiant, leurs recherches deviendront prioritaires.

A la limite si un sujet qui me passionne (disons l’origine des Atractaspidae – famille de serpents a la limite entre les vipères et les élapidés (cobras))je vais avoir généralement un mal fou a trouver des crédits pour mes recherches. Ceci dit je peux dire que la famille frise la disparition ou – ceci est vrai – que par manque d’étude, on ne sait pas comment le réchauffement climatique l’affecte. Pour forcer le trait je peux ajouter que je souhaite étudier les venins pour des applications médicales. La je commence a avoir une chance d’avoir de l’argent.

 

Maintenant qu’on a vu comment les observateur sont achetés (les seuls qui peuvent se permettre de faire entendre leur voix sont les plus confirmes, mais si ils postulent comme président d’université ou a un chaire a l’académie des sciences, ce sera chaud pour eux), atteignons le cœur du problème : Nos « spécialistes » sont aussi achetés.

Le budget mondial annuel de modélisation climatique a long terme est de l’ordre de 1 milliard de dollars. Plus un autre milliard pour les recherches sur le terrain directement liées.

Combien croyez vous que ce serait sans ce catastrophisme ambiant ? Pas grand-chose…

 

Mais vous êtes entrain de penser, quel rapport avec le bug de l’an 2000 ?

Exactement la même structure de diffusion de l’information : Les spécialistes sont ultra-alarmistes (normal, ce sont leurs profits qui sont en jeux) et les observateurs se taisent.

Pas une revue informatique n’a parle de cette vaste fumisterie, alors qu’il était facile de changer l’horloge de l’ordi voir ce qui se passerait.

 

Dans les deux cas, nous avons le pire des complots : Un complot sans conjures, un complot d’ententes tacites et d’intérêts partages… et c’est le public qui a paye.

 

Ici la différence est que l’impulsion a été partagée entre les spécialistes et les écologistes de la secte de la décroissance, les mêmes qui nous prédisaient que les aérosols menaient a un nouvel âge glaciaire… tiens et le trou dans la couche d’ozone, on en entend plus parler !!!! Normal il s’est rebouche, c’était un phénomène naturel. (ce n’est pas du a la décroissance des émissions d’aérosols qui ont explosées grâce aux chinois)

 

En attendant de vous revoir, je vous laisse méditer cette réflexion de Mark Twain :

Climate is what you expect, weather is what you get.

 

 

En photo : Un Atractaspis bibronii

atractaspis.jpg

 

Commenter cet article